30/09/2009

SEPTEMBRE, SEPTEMBER

ET je persiste et signe, voici mon nouveau poème sur le mois de septembre, un peu mélancolique mais on ne change pas un vieux singe.

Bonne vision et bonne lecture à mes nombreux visiteurs.

 

Septembre, september, septième mois du calendrier romain

Pas de dieu, pas de déesse, juste le temps qui passe

Ceci n’est pas le début de la fin

Et les feuilles mortes et la pelle qui les ramassent

Non je n’ai pas oublié

 

Nobody is perfect quoique si on ajoute l’âge du capitaine Nemo

On peut faire carrière au cinéma  mais pas dans l’automobile

Dans un magasin de porcelaine, j’ai vécu les attentats du 11 septembre

Dans le parc de Tervuren envahi d’éléphants, j’ai joué avec Zoé, loup y es-tu?

Les petits canards ont grandi et leur plumage prend la couleur de l’automne

J’ai enfin des nouvelles, Frédé se lance encore dans une nouvelle aventure

Hier n’est pas si loin puisque je m’en souviens, je crois que nous étions jeudi

Non je n’ai pas oublié

 

Septembre, september, septième mois du calendrier romain

Pas de dieu, pas de déesse, juste le temps qui passe

Ceci n’est pas le début de la fin

Et les feuilles mortes et la pelle qui les ramassent

Non je n’ai pas oublié

 

Jack Frost., le Bonhomme Hiver se rapproche à grand pas sans dire un mot

On peut se retourner dans son lit ou sur son passé, le temps est si mobile

Dans un miroir aux alouettes scintillent les vitraux de l’abbaye de la Cambre

Dans un squat Bruxellois j’ai nettoyé au Karcher avec de l’eau bénite jetée au rebu

Deux SDF, dont moi, ont glandé rue Haute, silhouettes fanfaronnes,

Nous jouons à être pauvres, sale et puant, mais cela n’était qu’une caricature

Aujourd’hui, satisfait du devoir accompli, faits dodo les pieds au chaud et le ventre rebondi

Non je n’ai pas oublié

 

Septembre, september, septième mois du calendrier romain

Pas de dieu, pas de déesse, juste le temps qui passe

Ceci n’est pas le début de la fin

Et les feuilles mortes et la pelle qui les ramassent

Non je n’ai pas oublié

 

Tomorrow is another day,oui, demain est un autre jour à déguster pianissimo

On est prêt à se replier, se ratatiner, se parcheminer comme les feuilles mortes, immobile

Dans un théâtre, j’ai vu ma photo éclairée de l’intérieur, c’est toujours bon à prendre

Dans une brasserie-musée, j’ai été séduit par les yeux d’une femme et je n’avais pas bu

Et si le chemin était encore long, le temps de jouer au curé, au voyant, à Livingstone

I presume, le temps d’aimer encore et toujours et de recommencer après bien des ruptures

Demain il sera toujours temps de lever le voile sur ce qui est interdit

Non je n’ai pas oublié

 

Septembre, september, septième mois du calendrier romain

Pas de dieu, pas de déesse, juste le temps qui passe

Ceci n’est pas le début de la fin

Et les feuilles mortes et la pelle qui les ramassent

Non je n’ai pas oublié

 

Septembre 2009

Jean-Louis Froment

 

Commentaires

A te lire et à t'écouter j'en ai des frissons. Ceux là me sont sacrés et jamais, non plus, je neles oublierai. C'est beau et bien plus encore. Merci Jean-Louis

Écrit par : Patrick Baurin | 06/10/2009

A te lire et à t'écouter j'en ai des frissons. Ceux là me sont sacrés et jamais, non plus, je neles oublierai. C'est beau et bien plus encore. Merci Jean-Louis

Écrit par : Patrick Baurin | 06/10/2009

Les commentaires sont fermés.