26/01/2009

Janvier, Janus a deux visages

Une nouvelle année que je souhaite féconde en aventures pour mes visiteurs ainsi que pour moi.

Voici une vidéo que j'ai réalisée avec un poème sur le mois de Janvier et des images prises lors du tournage du film Rondo où j'ai pu me glisser dans la peau d'un Rabbin et visiter une synagogue située à Anferlecht.

 

Janvier, Janus, le dieu des portes ouvertes

Ses portes étaient fermées quand Rome était en  paix

Janus a deux visages l’un pour la découverte

L’autre pour le chaos de celui qui renait

 

Mes premier pas dans l’année sont des pas dans la  neige,

Des traces sans lendemain

Qui me conduisent vers les humains.

En sortant de ma forêt poussé par la faim,

Je hume les cheminées

Qui fument encore des festins de l’an neuf.

J’ai la tête brouillée des évènements passés,

Des aventures d’une année trépassée

 

Janvier, Janus, le dieu des portes ouvertes

Ses portes étaient fermées quand Rome était en  paix

Janus a deux visages l’un pour la découverte

L’autre pour le chaos de celui qui renait

 

Un an de plus à tourner manège

En janvier on ne se souvient de rien

Avant était déjà si loin

L’année passée disparaît dans le lointain

On regarde ses mains parcheminées

A peine le temps de compter jusqu’à cinquante-neuf

Sur les trottoirs des sapins justes bons à ramasser

Les éboueurs sonnent avec une mine compassée

 

Janvier, Janus, le dieu des portes ouvertes

Ses portes étaient fermées quand Rome était en  paix

Janus a deux visages l’un pour la découverte

L’autre pour le chaos de celui qui renait

 

Mon dernier souvenir, c’est toi qui t’en vas loin de mes sortilèges

Vive la neige qui recouvre tes pas et les miens

Mais j’espère que dans ce futur qui n’a pas de fin

Tu garderas en toi mon image dans un petit coin

Comme une étoile enluminée

Qui te montrera le chemin vers l’œuf

De Pâques que je vais damasser

De nos deux lettrines enlacées

 

Janvier, Janus, le dieu des portes ouvertes

Ses portes étaient fermées quand Rome était en  paix

Janus a deux visages l’un pour la découverte

L’autre pour le chaos de celui qui renait

 

Janvier 2009

 Jean-Louis Froment

 

 

Les commentaires sont fermés.