18/08/2008

Partir à pied ou les pieds devant

J'ai écris ce texte peu de temps avant que mon ami Jean Dumont ne décède, je comptais lui demander d'en écrire la musique. J'ignorais que ce texte était prémonitoire. J'ai réalisé la vidéo en pensant à lui et je la lui dédie.

 

(Cliquez sur l'image ou sur le carré rouge pour agrandir)

 

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos vingt ans

 

On peut oublier

Les mauvais moments

Sans se retourner

Marcher très longtemps,

Semer dans le vent tous les faux serments

Compter son argent, ses amis ses amants

Mais…

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos trente ans

 

On peut oublier

Qu’on n’a plus vingt

Qu’il faut se plier au foutu règlement

Qu’il faut se lever

Avant de se coucher

Que ce weekend j’ai la garde des enfants

Mais …

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos quarante ans

 

On peut oublier

Qu’on n’a plus trente ans

Que c’est si bon une fois de temps en temps

Qu’il ya encore parfois de bon moments

Mais …

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos cinquante ans

 

On peut oublier

Qu’on n’a plus quarante ans

Qu’il n’est plus temps pour les dinettes

Que les midinettes n’aiment pas les sucettes

Mais …

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos soixante ans

 

On peut oublier

Qu’on à plus cinquante ans

Qu’il n’y a plus de jeunesse

Qu’il fait froid au printemps

Que le facteur ne passe plus souvent

Mais …

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos septante ans

 

On peut oublier

Qu’on n’a plus soixante ans

Que la lenteur du geste va en s’aggravant

Que la marche du temps marche à pas de géant

Mais …

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos quatre-vingts ans

 

On peut oublier

Qu’on n’a plus septante ans

Qu’il reste un peu de temps

Qu’on se réveille en riant

Que l’amour toujours, toujours  nous attend

Mais …

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos nonante ans

 

On peut oublier

Qu’on n’a plus quatre-vingts ans

Qu’il est bien temps d’user notre temps

Qu’il n’est pas trop tard pour avoir vingt ans

Mais…

 

Faut pas oublier, là

Avant de nous quitter

Donnez à boire au chat

Aux poissons et aux plantes

Essuyez  vos pieds avant de vous en aller

Fermez bien la porte pour pas que la Mort entre

Mais …

 

Partir à pied

Ou les pieds devant

C’est oublier qu’on n’a pas cent ans

Pour raconter nos histoires d’avant

Celles du temps de nos cent ans

 

Jean-Louis Froment

31 juillet 2008

 

 

En souvenir de Jean Dumont parti trop tôt à 76 ans le 4 août 2008

 

Les commentaires sont fermés.